“Vous avez un message”. Le pouvoir de la correspondance est quand même fantastique, je me rappelle pourquoi j’adorais les romans épistolaires à l’époque du lycée. Mais ce monde vénéneux à ses gros travers : aujourd’hui on est dans une société de consommation. Il faut aller vite. On teste, on jette. Gaspillage de la chair.

Cygne parmi les canards, je suis complètement déphasée avec ce jeu des rencontres. Peut-être pour cela que je me laisse démolir continuellement par le stress ? Avancer en ayant l’impression d’être constamment tirée vers l’arrière. Comme un élastique, comme dans les cartoons.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *